Centre chrétien d’Amos

Accueil > Les annonces de la semaine ! > Ressources ! > Pensées à méditer !

Pensées à méditer !

mercredi 20 février 2019, par Gerard Rouillard

« Nos légères afflictions ! »

Nous remettons toute notre vie au Père et nous pouvons compter sur Lui en tout temps.

Nous devons nous attacher à la parole de Dieu dans ces derniers temps. Nous sommes appelés à nous séparer de la manière de vivre de ce monde. Nos regards ne seront pas fixés seulement sur ce qui se voit, mais aussi sur ce qui ne se voit pas. La foi voit l’invisible et sans elle nous ne pourrons pas plaire au Père. Nous voyons de plus en plus une société qui vit dans l’incrédulité. Les gens du monde comptent seulement sur leur propre raisonnement, leur propre force pour vivre leur vie. Ils se font des plans pour réaliser leur rêve sans Dieu. Nous n’avons pas à les envier car notre royaume n’est pas ici-bas. Pour nous les chrétiens, nous devons apprendre à Lui remettre radicalement toute notre vie.
Psaumes 37. ‘’ 5 C’est à l’Eternel qu’il te faut remettre ta vie tout entière. Aie confiance en lui et il agira. ‘’

Cela veut dire tout Lui remettre dans les moindres détails avec confiance afin que Ses projets se réalisent pour nous. Notre incrédulité nous éloignera toujours de Lui, de Ses projets. Nous savons que pour faire plaisir à Dieu, nous devons croire en Lui et tout remettre entre Ses mains. Il nous fera vivre des expériences très importantes dans notre quotidien. Soyons patients mes amis (es), le Père éprouvera notre foi par les épreuves et les souffrances. Il utilisera les périodes sombres et ténébreuses de la nuit pour notre bien.
Psaume 37. ‘’6 Grâce à lui ta bonne foi apparaîtra comme le jour qui se lève, et ton bon droit comme le soleil en plein midi. 7 ¶ Reste en silence devant le Seigneur, attends-le avec patience.’’

Il fera toujours le nécessaire en Son temps pour que Son plan se réalise pour chacun de nous. Nous devons apprendre à vivre par la foi.

Nous pourrions si facilement passer à coté de Sa volonté pour notre vie. Nous devons prendre le temps d’attendre dans Sa présence. Il désire tellement nous guider et enlever tous les obstacles sur le chemin qu’Il nous indiquera à suivre. C’est tellement facile d’être découragé, de renoncer à nos rêves et de penser que tout est fini. Cependant le Père utilisera toujours ces périodes sombres que nous aurons à traverser pour nous former et nous équiper. Elles font partie de Son plan pour notre vie. Il y a des projets, des rêves qui pourront venir à la lumière seulement s’ils sont placés dans ce temps d’attente devant Lui. Le Père place Ses projets comme des grains de semence en nous et Il désire que tous se réalisent dans notre vie. Nous n’en avons peut-être pas conscience mais c’est dans ces moments difficiles que nous grandissons vraiment. C’est là que nous commençons à ressembler à Jésus. Notre caractère se développe à Son image et nous apprenons à Lui faire confiance. Nous apprenons à persévérer dans la foi et nous grandissons. Ce n’est qu’une question de temps. Chaque semence prend un certain temps avant qu’elle commence à grandir et à s’épanouir. Au début, ce qui sort de la terre ne ressemble pas du tout à ce que nous verrons lorsque la maturité sera atteinte. Nous deviendrons la personne que le Père a désiré que nous soyons en Jésus. Un moment de légères afflictions produisent pour nous au-delà de toute mesure un poids éternel de gloire. Nous allons énumérer les afflictions de l’apôtre Paul pendant un instant.
2 Corinthiens 4. ‘’17 Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, 18 parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles.’’
Paul ose parler en insensé en homme qui extravague. Il nous parle de ses légères afflictions. Il nous parle de ses travaux, de ses emprisonnements. Il a été souvent en danger de mort, battu de verges, lapidé, trois fois il a fait naufrage. Il a passé un jour et une nuit dans l’abîme. Fréquemment en voyage, il a été en péril sur les fleuves, de la part des brigands, de la part de ceux de sa nation, de la part des païens, dans les villes, dans les déserts, sur la mer et parmi les faux frères. Il a été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d’autres choses, il a été assiégé chaque jour par les soucis que lui donnaient toutes les Eglises. Paul a enduré sans jamais succomber. Comment Paul pouvait-il appeler ou qualifier cela de légères afflictions ? Ce n’était pas à cause de ses ressources, de sa force, de sa supériorité, mais parce qu’il voyait les choses invisibles. Il se glorifiait juste dans ses faiblesses, car il pouvait compter sur la force du Seigneur.

Quelque soit l’intensité de nos souffrances, nous sommes appelés à être conscients des proportions face à l’éternité.

Romains 8. ‘’18 J’estime que les souffrances du moment présent ne sont pas dignes d’être comparées à la gloire qui va être révélée pour nous.’’
Sommes-nous vraiment conscients de la différence ? Imaginons que nous plaçons toutes nos souffrances physiques, émotionnelles, mentales ou autres sur un plateau d’une balance et que sur l’autre plateau le poids de la gloire à venir. Qu’est-ce-qui va arriver ? Pouvons-nous imaginer le Corps glorifié de Jésus et le nôtre ? Pouvons-nous imaginer la gloire qui nous attend ? Nous sommes scellés du Saint-Esprit.
I1 Pierre 1. ‘’ 6 ¶ Vous vous en réjouissez, même s’il faut que, maintenant, vous soyez attristés pour un peu de temps par toutes sortes d’épreuves.’’
Il n’y a aucune commune mesure. Nos souffrances sont courtes comparées à l’éternité. Les choses visibles sont temporaires, de courtes durées à comparer aux choses invisibles qui sont éternelles. Nous pouvons être dans la joie, tressaillir même de joie au milieu de nos souffrances. Nous pouvons réaliser profondément que notre foi est éprouvée par les souffrances que nous traversons dans le temps présent. Notre espoir est vivant par la résurrection de Jésus-Christ. Nous avons un héritage de réservé dans les cieux qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir. Nous sommes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps. Nous avons en vue la gloire qui nous attend lors du retour de Jésus. Qu’est-ce-qui peut nous empêcher de perdre courage ? La base de notre marche par la foi est de toujours avoir nos yeux sur Jésus et de regarder aux choses invisibles. Nous devons apprendre à marcher par nous-mêmes par la foi.
Hébreux 12. ‘’ 2 les regards arrêtés sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi ; qui, en vue de la joie qui lui était proposée, a souffert la croix, ayant méprisé la honte, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. 3 Considérez en effet Celui qui a souffert de la part des pécheurs une si grande contradiction contre lui-même, afin que vous ne vous laissiez pas abattre, étant découragés dans vos âmes.’’
C’est cela qui nous encourage à tenir ferme et à rester inébranlable dans la foi. Nous apprenons à marcher les yeux fixés sur la rémunération. Nous verrons un miracle après un autre miracle, étape après étape dans notre vie. Le Père dispose de tout ce que nous avons besoin pour que Son plan se réalise. Après avoir souffert nous participerons dans la joie à la gloire de Jésus.
1 Pierre 4. ‘’ 13 Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra.’’
Nous entrerons dans la gloire avec Lui. Paul ne s’est pas laissé arrêter par toutes les difficultés rencontrées. Il avait découvert la certitude de la puissance infinie de Dieu. Pourquoi toutes ses souffrances ? Pour être digne du Royaume, car nous suivons Jésus. Nous devons passer par beaucoup de souffrances pour entrer dans le Royaume de Dieu et recevoir la couronne de vie. Les souffrances de Jésus sont suivies de la gloire éternelle. Le Père Le couronne de gloire, c’est acceptable pour nous. Il désire faire reposer Son Esprit sur nous dans Sa grâce.

Le but de la souffrance est de nous conduire à ressembler à Jésus.

Romains 8. ‘’28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. 29 ¶ Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. 30 Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.’’
Nous souffrons, nous soupirons, mais nous savons que toutes choses concourent au bien de (grec en bien à) ceux qui aiment Dieu. La puissance de Jésus repose sur celui qui vit des faiblesses. C’est comme cela que nous pouvons dire que nous sommes forts. La grâce du Seigneur nous suffit. Celui qui possède la plénitude de toutes les perfections infinies et qui est uni à nous par un lien intime, le Saint-Esprit. Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera ;
1 Pierre 5. ‘’10 ¶ Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.’’
Bonne semaine !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.